des jeunes qui ont cherché à obtenir un traitement au cours de la dernière année disent avoir été victimes de stigmatisation